dimanche 16 juin 2024

Chère Violeta

Le livre Chère Violeta, j'espère que tu passes de bonnes vacances en collaboration avec le FRAC-Artothèque de Nouvelle Aquitaine est terminé !
55 pages de bande dessinée jeunesse, mettant en scène un petit lapin qui part en colonie de vacances.

Je me suis beaucoup amusé à l'écrire et à le dessiner. 
Bien entendu le petit lapin c'est un peu moi, et à nouveau je ne sais pas si c'est vraiment "jeunesse" (j'avais eu le même doute sur Jojo l'éléphant). 
Il devrait être livré aux Éditions Flblb et au FRAC-Artothèque le 25 juin. Ensuite il y aura une présentation du livre à Limoges le 9 juillet, et il sera en librairies en octobre.

Tout ceci bien entendu si le RN n'accède pas au pouvoir, ce qui remettrait sérieusement en cause les financements publics, notamment ceux dédiés à l'éducation et à la culture. 

samedi 27 avril 2024

Deux rééditions de mes flip-books, voire trois

En juin, aux éditions Flblb on réédite la série Flip de sports, composée de Grosse nouille / Petite saucisse de Lucie Castel, de Coup de sifflet / À couper le souffle de Maxime Jeune, et de Pan dans les dents / Mou dans les genoux de moi, avec de nouvelles couleurs en couverture.

Et dans le même élan, on réédite en recto-verso et en bichromie mes tous premiers flip-books, Étirements et Ravalement, qui furent parmi les premières publications des éditions Flblb (je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ils étaient même pas nés). Comme on les réédite à l'occasion des jeux olympiques, Ravalement devient Échauffements. Aaaah, marketing, quand tu nous tiens !

lundi 25 mars 2024

Mon prochain livre : l'histoire d'un petit lapin







En ce moment je travaille sur mon prochain livre, qui sera un livre jeunesse en partenariat avec le FRAC-Artothèque du Limousin. En effet, l'été dernier, j'ai participé à la Croisière de l'Art. Ce sont 5 jours disséminés dans l'été, au cours desquels le Frac-Arto, en lien avec les maisons de quartier de Limoges, accompagne une vingtaine de personnes dans les centres d'arts du Limousin. Au menu : visite d'expo, atelier et baignade. Et une résidence d'artiste à Saint-Sulpice-Laurière. Cette année, les deux résidentes étaient Jeanne Ducau et Aurélie Gatet.

Chaque année, une autrice, un auteur de livre suit la croisière et en fait un livre. La première année, c'était ma collègue Lénon, avec Ralentir dans les virages, la seconde Louis Zerathe avec Été Vital, et pour la croisière 2022 Nicole Augereau, avec La Menace venue du cosmos, sorti en octobre dernier. Mon livre suivra un petit lapin qui fait une colonie de vacances à vocation artistique. Je suis en plein dedans (cliquez pour agrandir).



mercredi 20 mars 2024

Deux thèses en bande dessinée, avec la fac de Tours









L'université de Tours m'a proposé de réaliser deux planches de bandes dessinées portant sur les thèses de Sandrine Benoist, doctorante en sciences de la gestion et du management, et Bastien Chérault, doctorant en histoire. Sandrine travaille sur les tensions de rôles chez les agriculteurs, et Bastien sur la vie des chrétiens en Touraine sous la Révolution française.

Un travail de commande très chouette à faire. J'ai rencontré les deux thésards, on a pas mal discuté. Robin m'a aidé sur le scénario, et il a fait les couleurs. Au final je suis plutôt très content du résultat, qui sera dévoilé aujourd'hui même à l'occasion de la finale régionale de Ma thèse en 180 secondes. Vous pouvez télécharger les planches en entier ICI, ainsi que celles réalisées par Lisa Chetteau et Victoria Dorche.




mardi 12 mars 2024

Atelier gravure sur Tetrapak®

Dimanche dernier, on était 5 à la maison à mettre en commun nos machines à faire des nouilles et nos emballages de lait et de jus de fruits, pour un atelier gravure sur Tetrapak, sur les bons conseils de Laurie

Je crois que maintenant ça y est j'ai bien pigé, j'ai bien tous les réglages, je vais inonder le monde de fanzines en gravures imprimés à 5 exemplaires (oui parce qu'au bout de quelques passages, c'est tout écrasé, ça n'est plus possible d'imprimer).


(cliquez sur les images pour agrandir)



dimanche 21 janvier 2024

Deux nouveaux fanzines !

Zelda et moi on continue sur notre lancée, après un numéro un déjà touffu (44 pages), nous sortons à l'occasion du Festival d'Angoulême le n°2 de la Gamelle, notre fanzine de bande dessinée consacré aux relations humains-animaux, en particulier les animaux qui nous sont proches. Le premier était consacré à la poule, celui-ci s'intéresse aux chiens, et fait 74 pages !!!

25 auteur.e.s au programme, des jeunes et moins jeunes, et des approches très diverses. On en est très contents. Pour l'occasion on offre un coup à boire lors du festival, le vendredi à partir de 18h au stand des éditions Les Machines (tout au bout de la bulle Nouveau Monde).

Les numéros de la Gamelle sont à présent commandables ICI !

On pourra y voir aussi L'île des Morts, ma troisième collaboration avec Léo Louis-Honoré, après La Nuit du Rituel et L'île du Rituel. 21 pages où on fabrique une histoire en improvisant chacun notre tour. Le point commun est que les trois fanzines débutent par la même planche exactement. Si tout va bien on en fera bientôt un quatrième, si si.

Les trois sont commandables ICI.

On y trouvera aussi Machine Insolite, le résultat de notre résidence en Aveyron, ainsi que toutes les nouveautés des Machines, donc le n°4 de Mini Machine, nominé cette année au prix de la BD alternative.

jeudi 18 janvier 2024

349 députés ont voté la loi ImmigRatioN


Il y a trois ans, à l'initiative de dessinateurs nantais (Loïc Sécheresse et Quentin Faucompré entre autres), j'avais participé à #Députésdelahonte, où à plusieurs on avait tiré le portrait des 388 députés qui avaient voté pour la loi dite "sécurité globale".

Rebelote cette année avec la loi "Immigration", car apparemment il n'y a plus de limite au n'importe quoi (au Darmaninportequoi, comme dirait Olivier Minot), avec ce gouvernement qui nous fait glisser vers le fascisme tranquilou.

Cette fois 349 députés responsables ont été croqués, et les portraits sont disponibles sur cette page. Il y a un lien tout en bas pour les télécharger, ainsi qu'une tribune. Le tout est utilisable et réutilisable pour toutes les actions contre cette loi toute pourrie.

La dernière fois certain.e.s députés avaient repris leur portrait pour la mettre sur leurs réseaux sociaux, c'était super-classe. À voir cette fois quelles surprises rigolotes nous réserve cette série de portraits.

On peut aussi s'amuser à essayer de trouver qui a dessiné qui.

Il y aura sans doute des actions en lien pendant le festival de la
Bédédandjoulème. En attendant, on n'oublie pas d'aller à la manif dimanche.

lundi 18 décembre 2023

mercredi 13 décembre 2023

Nostalgie permanente / Zombis partout justice nulle part

(Une fois n’est pas coutume, un petit billet d’humeur)

Un nouveau Lucky Luke par Blutch, un nouveau Marsupilami par Frank Pé, un nouveau Gaston par Delaf, un nouvel Astérix par FabCaro et Conrad,... une fin d’année marquée par les resucées de personnages de BD plus que cinquantenaires, qui prennent toute la place dans les médias, et beaucoup de place en librairie. 

J’y ajouterais car ils sont parus cette année l’album des Schtroumpf par Tebo et le Blake et Mortimer dessiné par Floc’h (et allez, double, non, triple nostalgie : pour continuer l'oeuvre d'un des années 50, on va chercher un auteur des années 80, qui a fait carrière en pastichant le style du premier, vertigineux, non ?).

En ces temps de surproduction et de crise, les grosses maisons rassurent leurs investisseurs en misant sur la nostalgie, le “à la manière de” et le pastiche. On appelle ça des valeurs sures. Cette tendance de la grosse cavalerie n’est pas nouvelle, mais elle prend des proportions caricaturales, et me donne la nausée. 

Aussi parce que tout le milieu joue le jeu et se précipite sur la vache à lait de la référence et du clin d’oeil. Je n’ai même plus envie de mettre le nez dans les librairies, a fortiori les librairies de bande dessinée. Même plus envie d’ouvrir un magazine spécialisé (déjà que).

C'est très comparable à Hollywood, qui se recycle en permanence via les suites, les préquelles et les spin-offs. Quand un domaine culturel s'auto-digère de cette façon, pour moi c'est signe qu'il est déjà mort, qu'il n'a plus rien à dire. Ou que le seul truc qui lui reste à dire c'est "raaaah je ne suis pas mort". 

Sauf que cette agonie prend une place énorme, elle s'étire depuis des années, elle est un (autre) gâchis énorme d'énergie, de talent et de fric. Et elle assoit son gros cul bien gras et bien visible là où des oeuvres originales tentent désespérément d'exister.

Ah, si le nouveau Gaston garanti 100 % sans Franquin pouvait se ramasser la gueule bien comme il faut, si le Lucky Luke 100 % pur auteur estampillé indé pouvait descendre en-dessous des 100 exemplaires vendus, si le Astérix 100 % pur jus de rigolo alternatif pouvait se prendre 80 % de retours, je crois que je me paierais une bouteille de champagne, tiens, du bon. Pas un succédané.

Mais je vous rassure ça ne sera pas le cas, et moi de mon côté, je vais de nouveau pilonner 5 palettes d’invendus de Flblb, soit environ 5000 exemplaires. Une paille, comparé aux tirages faramineux des chefs-d’oeuvres suscités (d’ailleurs une partie de ces tirages finira sans doute elle aussi au pilon).

Bon, j’arrête, c’est pas bien toute cette aigreur à deux pas des fêtes de fin d’année.

Pour finir je reposte une bande dessinée que j’avais publiée en 2012 sur le site 100jours2012 (cliquez dessus pour agrandir), et qui fait partie de mon recueil Zioum Tchabada Tchou Tchou. Elle n’a pas perdu de son actualité, et augure du bel état de dépression dans lequel je serai après le prochain festival d'Angoulême.


Apérozine pour Les Expressifs


Du 6 au 8 octobre dernier, avait lieu à Poitiers la nouvelle édition du festival les Expressifs. Cette année en format réduit pour cause de baisse de subventions (Aïe aïe aïe, en ce moment, les baisses de sub, c'est une épidémie, un peu comme le covid). Les spectacles étaient regroupés sur le site du Cirque Octave Singulier près du campus, et l'ambiance était assez festive malgré la pluie.

Avec la Fanzino nous animions un apérozine, c'est-à-dire en gros une table, de quoi écrire, dessiner, faire des collages, et une photocopieuse, et vient qui veut. Le résultat : parce que rien n'est comparable, petit fanzine format A5 de 32 pages.

J'ai tenté quelques expériences à la photocopieuse, et puis j'ai fait la couv, qu'Anne a sérigraphiée en deux couleurs + paillettes.

Si vous passez à la Fanzino, il en reste peut-être quelques exemplaires.